TRAX 177

5.83 

TRAX #177

Novembre 2014

LE MYTHE DE L’HOMME AMPLIFIÉ

Ce pourrait être le slogan des musiques électroniques : « Technology enables creativity », la technologie permet la création. Les musiques électroniques et technologiques se sont imposées comme la bande-son de l’air du temps, précisément parce que ce temps a vu la technologie comme une force positive. Avant qu’une certaine méfiance ne s’immisce dans le débat, parfois de manière exagérée, parfois justifée, voire par le prisme du principe de précaution sur ces inventions dont on ne maîtrise pas toujours les tenants et les aboutissants.

186 en stock

Catégorie : Étiquettes : , , , ,

Description

TRAX #177

Novembre 2014

LE MYTHE DE L’HOMME AMPLIFIÉ

Ce pourrait être le slogan des musiques électroniques : « Technology enables creativity », la technologie permet la création. Les musiques électroniques et technologiques se sont imposées comme la bande-son de l’air du temps, précisément parce que ce temps a vu la technologie comme une force positive. Avant qu’une certaine méfiance ne s’immisce dans le débat, parfois de manière exagérée, parfois justifée, voire par le prisme du principe de précaution sur ces inventions dont on ne maîtrise pas toujours les tenants et les aboutissants.

On touche en tout cas au cœur de notre projet éditorial : le progrès technologique est-il synonyme de projet créatif ?

Les inventeurs des prémices de ces musiques, Édouard- Léon Scott de Martinville et son phonautographe (premier enregistreur de son en 1857), Lev Sergueïevitch Termen et son thérémine (premier instrument de musique électronique – 1919) et Lee de Forest et son Audion (premier amplificateur électronique – 1906) sont les précurseurs technologiques d’un mouvement ayant permis à l’homme d’augmenter ses capacités biologiques et organiques. Passées entre les mains d’artistes, ces inventions ont pris une ampleur monumentale, jusque dans la culture populaire, tout au long du XXe siècle et jusqu’à aujourd’hui (et certainement pour les siècles des siècles, amen).

On le sait, la machine a, depuis des décennies, un potentiel génératif indépendant de toute intervention humaine. Quel compositeur électronique ne s’est jamais senti dominé par sa machine ? Face à du hardware, et, a fortiori face à un ordinateur, la machine peut produire des sons inattendus que l’homme peut décider d’utiliser dans sa création finale. Si la machine à tubes (et la recherche de la singularité des morceaux de pop) reste un mythe lointain, il reste tout de même à savoir quelle part de technologie et d’automatisation nous sommes prêts à laisser intervenir dans notre processus créatif. Un ordinateur programmé peut générer lui-même de la musique. C’est ce qu’on voit par exemple à travers des initiatives récentes telle que le Laptop Orchestra de l’université de Stanford aux Etats-Unis, composé uniquement d’ordinateurs portables.

Hacker le corps humain

Pour l’instant, ces instruments restent à l’extérieur du corps humain. Mais on le lit tous les jours dans les magazines dédiés à la technologie : l’un des enjeux majeurs des années à venir est la part de technologie qui sera intégrée directement dans nos corps. Qu’en feront nos artistes ? Des puces électroniques interpréteront-elles seules nos intentions créatives pour produire des œuvres ? Quelle part d’électronique serons-nous prêt à mélanger à nos organismes ? Et à partir de quel moment ces intégrations deviennent-elles dangereuses pour l’homme ? Si vous pensez que ces questions sont tout juste bonnes pour un mauvais film de science-fiction, je vous conseille de booster votre connexion internet et de plonger dans quelques mots-clés pour constater les avancements scientifiques en la matière : réalité augmentée, intelligence artificielle, les travaux de Google sur l’allongement de la durée de vie (voire sur l’immortalité !), les ordinateurs et puces quantiques, les puces RFID (bientôt obligatoires aux Etats-Unis), le body-hacking, etc.

Les DJ’s sont déjà des hommes aux performances amplifiées par la technologie. La question n’est plus de savoir « si » mais « quand » ceux-là deviendront des cyborgs à part entière aux facultés internes augmentées artificiellement, que ce soit par des nanomachines ou des drogues.

C’est le moment de se bouger. Nous vous avons préparé un numéro ultraviolent qui devrait vous permettre de débloquer les parties les plus conservatrices de votre cerveau et d’embrasser le futur.

La rédaction post-cyberpunk de Trax vous salue.

 

PRESS PLAY 

03. EDITO
08. PHOTO DU MOIS
10. LA COURBE
11. RENDEZ-VOUS
12. [RE]POST
14. TRIBUNE : Manu Le Malin

FORWARD

16. A SUIVRE : Truss, Arca, Deathmachine, Clipping
20. TECHNOLOGIE DU FUTUR : Dark Web
21. IDÉE POUR DEMAIN : Amsterdam, capitale techno

SHUFFLE

22. LA CARTE
24. LES VILLES DU MOIS : Amsterdam vs Rotterdam
25. NEWS OF THE WORLD
26. BUSINESS : Hollande
28. CONSO
30. METIER DU MOIS : Producteur de hardcore
31. SHOP DU MOIS : Toolbox

PAUSE

32. LA REPRESSION MODÈLE LES SONS.
38. LES FÊTES HARDCORE, SOUPAPES DE PRESSION DE NOTRE SOCIÉTÉ
40. COMMENT SE REMETTRE D’UNE VIOLENTE GUEULE DE BOIS

REC

42. DOSSIER HARDCORE
44. LENNY DEE
46. HISTOIRE DU HARDCORE
49. LIZA N ELIAZ
50. LE NOUVEAU FRANCE-CORE
50. THE OUTSIDE AGENCY
52. SOCIOPATH RECORDINGS
53. VENETIAN SNARES
54. MONDKOPF
55. TECHNO INDUS UK
56. LE GABBER INFILTRE POP
58. DARK PSYTRANCE
60. MR OIZO
64. ETIENNE JAUMET
66. OBJEKT
67. STEFFI
68. 2562

REWIND

70. ARBRE GÉNÉALOGIQUE
72. LÉGENDE : LAURENT HÔ
74. Il Y A 10 ANS DANS TRAX

B.O

76. LIFESTYLE : Hardcore
80. EXPO : DU GRAFF AU PALAIS
84. LIVRES
85. CHRIS CUNNINGHAM
85. CLIPS HARDCORE
86. JEUX VIDEOS

EN BOUCLE

88. CHRONIQUES
93. DISQUE OLD SCHOOL : Marc Acardipane
94. PLAYLISTS

STOP

96. AGENDA
97. CLUB DU MOIS

EJECT

98. BISHOP NEHRU

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.



Anciens Numéros Trax

Complétez votre collection !