199Mockup1
199mockup2

TRAX 199

5,83

Les nouvelles cathédrales de la fête

Comment en est-on venu, chez Trax, à concevoir un numéro spécial religion ? Si l’idée était posée depuis de longs mois, allez savoir d’où elle est arrivée. Reste qu’en confectionnant ce numéro, nous avons souvent touché du doigt cet étrange élan spirituel que l’on ressent parfois sur un dancefloor, ou à l’écoute de certaines musiques. Non pas que ces usages nous relient d’un trait à Dieu – on laissera à d’autres cette idée – mais cette soif de l’évasion collective pourrait être plus ancrée dans les fondements de l’homme qu’on pourrait le croire. Alors, si la grande fête et ses nouvelles cathédrales garderont encore lontemps leurs mystères, il y a dans ces pages quelques clés, pour des portes menant on ne sait où.

94 en stock

Description du produit

TRAX #199

Février 2017

Les nouvelles cathédrales de la fête

Comment en est-on venu, chez Trax, à concevoir un numéro spécial religion ? Si l’idée était posée depuis de longs mois, allez savoir d’où elle est arrivée. Reste qu’en confectionnant ce numéro, nous avons souvent touché du doigt cet étrange élan spirituel que l’on ressent parfois sur un dancefloor, ou à l’écoute de certaines musiques. Non pas que ces usages nous relient d’un trait à Dieu – on laissera à d’autres cette idée – mais cette soif de l’évasion collective pourrait être plus ancrée dans les fondements de l’homme qu’on pourrait le croire. Alors, si la grande fête et ses nouvelles cathédrales garderont encore lontemps leurs mystères, il y a dans ces pages quelques clés, pour des portes menant on ne sait où.

 

AU SOMMAIRE

 

Courrier International : “Le gouvernement iranien a complètement échoué à imposer son idéologie religieuse à la nouvelle génération. J’ai même un ami qui est DJ alors que son père est un mollah !” Siamak Amidi est un DJ star en Iran. Il retrace pour Trax l’histoire des fêtes techno interdites dans son pays, jusqu’à leur expansion aujourd’hui, souvent grâce à l’aide des enfants du régime.

 

Focus sur… les christothèques : Le Père Zeton est aux platines. Sur son dancefloor, des jeunes cathos qui s’enjaillent. La scène se déroule au Brésil où, pour contrer la montée des évangélistes, la religion catholique a décidé d’allier foi et ecsta lors de « christothèques ». Une tendance qui se développe un peu partout, jusqu’en France. Même si le chemin est semé d’embûches, jetées par les gardiens du temple.

 

Mode :

Une styliste et un photographe ont rhabillé Antigone en “Prince Noir” sur les six pages mode du mois. Résultat, une superbe série qui rend hommage à la techno du producteur et DJ français, qui fait l’unanimité des dancefloors de Concrete, où il a élu résidence, jusque dans la moiteur du Berghain, et possède ce je-ne-sais-quoi d’envoûtant.

 

Grand reportage : Tous les week-ends à São Paulo, les entrées des favelas sont bloquées par des milliers de danseurs qui s’agitent sur les derniers hits de funk carioca. Des titres bricolés en quelques heures dans des studios de fortune, puis distribués sur des groupes WhatsApp pour des fans insatiables de nouveautés : le nouveau funk brésilien est le son de de la jeune génération, tout en restant collé à la foi…

 

L’interview du mois : “Les gens qui sortent veulent vivre une expérience différente de leur semaine, échapper à la solitude. Ça me rappelle un passage de la Bible…” Pendant notre entretien– de nuit, décalage horaire oblige – avec le DJ et révérend Robert Hood, co-fondateur d’Underground Resistance et pionnier de la techno minimale, une forte tempête faisait rage. Les bourrasques, violentes à faire claquer les fenêtres, ont donné à notre profond échange une charge mystique saisissante.

 

Enquête : Est-il possible de connaître une expérience spirituelle en écoutant de la techno (au sens large) ? Ouvre-t-elle des portes mentales et si oui, où mènent-elles ? Nous sommes partis à la rencontre de psychanalystes, musicothérapeutes, hypnothérapeutes et même une chamane pour crocheter les portes de la perception…

 

Grand reportage : Au Boom Festival, le fameux festival de psytrance portugais, 33 000 personnes s’offre une semaine de fête, de baignade, de yoga et de conférences sur le devenir du monde. Dans ce festival où les chamans montent sur scène, on a découvert un monde où l’élévation spirituelle n’est pas juste une blague de dancefoor.

 

Portrait : On savait les amateurs de trance portés sur le mystique, mais Aharon Segal a été plus loin que tout le monde. Figure-clé dans le développement de la trance goa dès 1995 en Israël avec le duo MFG, il a tout quitté au milieu des années 2000 pour devenir un membre assidu de la communauté juive orthodoxe. On lui a demandé pourquoi.

 

Portfolio : Une ancienne cité industrielle, une grande gare SNCF,

un ancien local d’EDF sous un échangeur autoroutier… Ce ne sont plus seulement les DJ’s stars qui attirent les danseurs mais des lieux d’exception à l’architecture impressionnante, conférant aux fêtes une dimension extraordinaire, « magique ». Les promoteurs rivalisent d’imagination pour dénicher la perle rare, et transformer ces bâtisses en éphémères temples de la techno. On retourne en plein jour, et en images.
Entretien : Qualifé de « vieux libéral », de « néo-réac », nietzschéen de droite aux accents céliniens, le polémiste et écrivain français Philippe Muray a particulièrement dégommé la culture techno au fil de ses écrits, qu’il qualifait de « sommet de l’échelle des nuisances contemporaines » Mais pourquoi tant de haine ?

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.



Anciens Numéros Trax

Complétez votre collection !

Ce site utilise des cookies pour conserver en mémoire les articles ajoutés à votre panier. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.