TRAX 200

5.83 

Le Front National peut-il tuer la techno ?

On aurait aimé faire une couverture un peu plus joyeuse pour fêter notre 200e numéro : « Le Front National peut-il tuer la techno ? » La question tape à l’œil. Mais voilà 200 numéros que Trax donne une voix à ces musiques et ses acteurs, souvent face à la droite et son extrême. Le danger n’est pas l’effacement de cette culture, de ces cultures, mais bien de ses formes d’expression : les raves, les free, les festivals. Oui, on peut craindre une plus forte répression, moins d’autorisations, plus de contrôles, moins de fêtes bigarrées et folles. Or, après vingt ans de combats, une partie du public techno semble avoir oublié les fondamentaux de cette musique, et Trax se devait, aujourd’hui plus que jamais, d’alerter et de poser la question.

100 en stock

Catégorie : Étiquettes : , , , , ,

Description

TRAX #200

Mars 2017

Le Front National peut-il tuer la techno ?

On aurait aimé faire une couverture un peu plus joyeuse pour fêter notre 200e numéro : « Le Front National peut-il tuer la techno ? » La question tape à l’œil. Mais voilà 200 numéros que Trax donne une voix à ces musiques et ses acteurs, souvent face à la droite et son extrême. Le danger n’est pas l’effacement de cette culture, de ces cultures, mais bien de ses formes d’expression : les raves, les free, les festivals. Oui, on peut craindre une plus forte répression, moins d’autorisations, plus de contrôles, moins de fêtes bigarrées et folles. Or, après vingt ans de combats, une partie du public techno semble avoir oublié les fondamentaux de cette musique, et Trax se devait, aujourd’hui plus que jamais, d’alerter et de poser la question.

Certains vont dire qu’il vaut mieux que Trax s’occupe de musique. Ce numéro spécial ne parle que de ça. Car la musique, électronique de surcroit, ce sont aussi des associations, des promoteurs, des collectifs, des artistes, des usagers… Et donc la nécessité de réponses adéquates de l’État, via ses politiques culturelles, aux questions de statut de l’artiste, de la fiscalisation des lieux de fêtes, des autorisations accordées aux promoteurs, de la prévention des risques en milieu festif, de la parité, de l’égalité des chances devant la culture… Plus loin, il s’agit de répondre aux changements de notre époque sur la flexibilité imposée du marché du travail, tous ces jobs que la plupart des acteurs de cette scène cumulent pour faire vivre leur (notre) passion. Et sur la réponse à donner à la perte de confiance de la jeunesse dans leurs représentants et les institutions, et donc de manière centrale, poser la question de cette crise démocratique dont personne ne sait jusqu’où elle peut nous emmener.

Pour ce numéro 200, nous avons donc, en grande partie, confié ce magazine à ceux qui se sont battus et se battent encore pour que ces musiques électroniques puissent acquérir la légitimité qu’elles méritent. Nuits Sonores, Concrete, Weather Festival, Freeform, Techno+, Barbi(e)turix… Tous ont pris la parole, pour demander que le chemin parcouru depuis vingt ans ne s’arrête pas là, et pour dresser la liste de ce qu’il reste à accomplir.

 

AU SOMMAIRE

 

•      Interview du mois : Laurent Garnier : « il faut se réveiller et dire les choses »

Pour ce Trax numéro 200, et à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle, il était évident d’accueillir Laurent Garnier dans nos pages. Pour retracer le chemin qu’a parcouru la musique techno depuis son arrivée dans l’Hexagone, et au passage rappeler quelques fondamentaux à ceux qui auraient la mémoire courte.

 

•      Enquête : qui sont les maires les plus techno de France ?

Subventions, logistique, prêt de lieu… En France, l’argent public et le soutien des élus locaux jouent un rôle essentiel dans la diffusion de la culture. Plusieurs d’entre eux ont accepté de parler de leur rôle décisionnaire dans l’accueil d’un festival électronique dans leur commune. Ils évoquent aussi une scène qu’ils connaissent peu mais à laquelle ils ont laissé sa chance – parfois en dépit de leurs préjugés initiaux – par souci de pluralité artistique et par intérêt…

 

•      Interview croisée : vis ma vie d’orga

Quels sont les difficultés et les problématiques rencontrées par les organisateurs lors de la préparation de leurs événements ? Législation, subventions, sécurité, drogues… Six organisateurs professionnels et amateurs nous décrivent l’envers de la production événementielle et donnent leurs idées pour résoudre ces problèmes. À bon entendeur…

 

•      Entretien : Benoit Hamon, face à la France qui se couche tard

Il était important d’avoir quelques réponses sur des problématiques qui nous touchent et touchent de près les lecteurs, les amoureux de musique, les danseurs, et tous les autres. Seule l’équipe de Benoît Hamon a accepté de répondre dans les temps. Alors, nous avons proposé aux acteurs de la musique électronique (artistes, promoteurs, collectifs…) de préparer leurs questions, qui ont été posées au candidat du parti socialiste à l’élection présidentielle. À vous de juger ses réponses.

Et aussi…

Reportage : Les nuits transformistes de Montréal
Fiction : Le FN peut-il tuer la techno ?
Retour sur l’histoire de la MK2 de Technics
Docu: Dans la peau de Manu le Malin

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.



Anciens Numéros Trax

Complétez votre collection !