TRAX 203

5.83 

Les fêtes techno du bout du monde

Ce numéro spécial « Techno du bout du monde » part aux quatre coins du globe ! On raconte l’expédition de Molécule au Groenland pour enregistrer un album techno dans un village inuit ; les Bédouins du désert jordanien qui organisent de grandes raves entre leurs vieilles montagnes pour s’assurer des revenus alors que le tourisme baisse…

Mais il faut bien avouer que c’est l’Afrique qui nous aura le plus fait vibrer. Partout sur ce continent à la population la plus jeune du monde, on a la forte sensation de voir notre avenir musical s’annoncer, avec toutes ses traditions et ses avant-gardes. Lorsqu’elles ne sont pas déjà devenues incontournables, à l’instar de Spoek Mathambo, Petite Noir ou Black Coffee. Vite, l’Afrique !

51 en stock

Catégorie : Étiquettes : , ,

Description

TRAX #203

Juin 2017

Les fêtes techno du bout du monde

Ce numéro spécial « Techno du bout du monde » part aux quatre coins du globe ! On raconte l’expédition de Molécule au Groenland pour enregistrer un album techno dans un village inuit ; les Bédouins du désert jordanien qui organisent de grandes raves entre leurs vieilles montagnes pour s’assurer des revenus alors que le tourism baisse ; la scène underground de Moscou dans l’autoritarisme de Poutine ; les anciens Spiral Tribe sur la route du silence… dans la Drôme ! ; le génial NSDOS de retour d’Alaska avec un album composé de captations de cascades et de glaciers…

Mais il faut bien avouer que c’est l’Afrique qui nous aura le plus fait vibrer. D’abord avec le DJ et producteur Black Coffee, le gamin du bush devenu superstar en Afrique du Sud et dont la notoriété est en voie de mondialisation. Dans ce même pays, Umlilo, figure de la scène queer du Cap, se confronte aux normes genrées dans une société à peine sortie du calvaire ségrégationniste. À Cape Town toujours, ce lieu des plus étranges, et populaires, à la fois boucherie et club ! Autre histoire de fou, celle de Morena Leraba au Lesotho, un vrai-faux berger qui multiplie les collabs internationales pour alerter sur le chômage de ses pairs, souvent tentés de rejoindre les gangs. Ouganda, Ghana, Congo-Kinshasa, Burkina Faso, Mali…

Partout sur ce continent à la population la plus jeune du monde, on a la forte sensation de voir notre avenir musical s’annoncer, avec toutes ses traditions et ses avant-gardes. Lorsqu’elles ne sont pas déjà devenues incontournables, à l’instar de Spoek Mathambo, Petite Noir ou Black Coffee. Vite, l’Afrique !

SOMMAIRE

Dans le dernier Trax : les fêtes techno du bout du monde

  • Portraits : Afrique Club Music

On a rencontré cinq artistes, répartis dans cinq pays et avec cinq manières d’utiliser la musique électronique et de réinventer le genre. Aussi bien Ennanga Vision (Ouganda), que Steevo (Ghana), Umlilo (Afrique du Sud), Morena Leraba (Lesotho) ou Kokoko ! (Congo-Kinshasa), tous s’ingénient à dépasser des cadres, et à confronter aux traditions leur vision tournée vers la musique de demain.

  • Reportage : quand la rave fait revivre le désert jordanien

Bienvenue en Jordanie, à Wadi Rum, une zone désertique jonchée de colossaux rochers de grès rouillé, d’arches naturelles et de grottes aux formes figuratives. Chargée de 25 kW de son, de sacs et de ravitaillements, notre escouade s’apprête à installer le festival Sa7raoui, un rassemblement improbable, cosmopolite et transdimensionnel, aux abords d’un camp bédouin.

  • Interview  du mois : Black Coffee, la house sudaf’ devenue star mondiale

Le 16 décembre 2011, 25 000 personnes étaient rassemblées dans le stade Moses-Mabhida de Durban, pour voir Black Coffee, l’icône de la house sudafricaine, rejouer ses hits sur scène, accompagné d’un orchestre de 24 musiciens. Le genre d’événement qui ferait rêver en France, mais en Afrique du Sud, la house est un sport national et les DJ’s sont aussi adulés que les rappeurs chez nous. Et dans ce contexte, l’histoire de Black Coffee fait office de success story, celle d’un petit gars de la campagne, qui mixe avec une seule main valide, et parti de rien, et même de moins que rien. Sur le chemin de la gloire internationale.

  • Enquête : les raves trash moscovites

Coincée entre la pression de l’autoritaire État mené par Vladimir Poutine et la grave crise économique qui a foudroyé le pays, la scène alternative de Moscou se renouvelle et prolifère à pleine vitesse. Se forgeant une identité propre, elle s’affirme face aux modèles occidentaux, portée par une nouvelle vague de producteurs.

  • Voyage : au Groenland, Molécule par -30 °C

Trois ans après son périple en mer du Nord, durant lequel il a enregistré un album sur un chalutier, le producteur parisien Molécule s’est échappé au Groenland durant 5 semaines de field recording pour confectionner un disque forcément unique et singulier. Quelques semaines après son retour à Paris, Molécule nous raconte cette aventure hors du commun.

  • Reportage : Mzoli’s, la boucherie-club d’Afrique du Sud

Dans le township de Gugulethu, à 15 kilomètres du centreville de Cape Town, on fait la fête dans une boucherie. Mzoli’s est un établissement unique, rythmé par la house sud-africaine et géré par un patron assez louche, le tout à grands coups de seaux de viande et de sauce barbecue.

 

Et aussi…

Mode : Tshegue, fille du moove du monde
On a testé : le silence avec les Spiral Tribe dans la Drôme
Portfolio : NSDOS capte l’Alaska

Et nos rencontres avec Aleksi Perälä, Maelstrom, Laurel Halo, Peverelist, DJ Deep, Amadou & Mariam…

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.



Anciens Numéros Trax

Complétez votre collection !